vendredi 26 février 2016

Veiller la braise - Sara Lazzaroni

Quatrième de couverture :

C’est un roman d’amour comme il ne s’en fait pas, un roman des visages de l’amour à travers les saisons de l’existence. Depuis la première fois où ils se sont vus, dans la librairie où elle travaille, jusqu’à ce qu’ils aient touché à la vieillesse, les protagonistes de ce livre ont connu toutes les nuances, tous les visages de l’amour. L’amour éperdu, terrifiant, des premiers émois. L’amour des inacceptables compromis, celui des renoncements cruels. L’amour qui se fâche, qui se sauve, qui revient. L’amour avec les enfants, puis sans les enfants. L’amour du corps qui exulte, puis du corps qui s’use. Dans ce texte à deux voix qui se mêlent et s’emmêlent – elle et lui, lui et elle –, l’amour est un feu qui couve. Il s’agit de veiller la braise…

Il y a Elle et il y a Lui. Ils sont amoureux. Nous ne savons pas leur nom mais au fil des pages, nous connaissons leurs vies, leurs manies et leurs habitudes. Veiller la braise est comme une série de tableaux qui, rassemblés, forme un joli portrait de ce couple qui s'aime d'un amour vrai.

Le texte est beau et poétique à commencer par le titre. La métaphore est parfaite pour ce couple qui refuse de voir la flamme s'éteindre même plusieurs années après l'embrasement, après le coup de foudre. La description de la naissance du sentiment amoureux est parfaite aussi. Les deux protagonistes ont la parole à tour de rôle et, parfois, savoir qui s'exprime n'a aucune importance tant leur relation presque fusionnelle.

L'auteure a su éviter tous les clichés des romans d'amour. L'amour au quotidien est décrite de façon sincère. Il n'y a pas de grandes déclarations, pas de déchirements, pas de rebondissements. Mais, justement, il ne se passe pas grand chose, c'est le revers de la médaille. C'est un texte absolument magnifique mais qui manque peut-être d'un peu de rythme. 

Veiller la braise - Sara Lazzaroni
Éditions Leméac 2015
200 pages


Février : Un roman d'amour
C'était ma participation de février au Défi littéraire 2016 du blog Le fil rouge

dimanche 14 février 2016

Une soirée au chalet avec Coco

Non, je ne fais pas que lire. Parfois, je sors aussi. J'ai profité d'une fin de semaine à Montréal pour aller voir une pièce de théâtre à la Petite Licorne. Je n'avais jamais mis les pieds dans cette toute petite salle et j'ai adoré ! J'avais l'impression plus que jamais d'être dans la pièce, d'être au chalet avec Coralie, Katia, Maggie, Simone et Viviane. Et j'aurais voulu faire parti de la bande (sauf peut-être quand elles sont dans un sanctuaire de vérité) !

Source : Programme offert aux spectateurs

Peu après la mort de l'une d'entre elles, les filles se réunissent au chalet des soeurs Maggie et Katia pour lire le journal intime de la défunte. Elles se remémorent alors les meilleurs et les pires moments de leur amitié au fil des ans. Ces filles, très différentes les unes des autres, sont un peu des caricatures mais Coralie (Coco) se démarque du groupe. Plus secrète, elle est difficile à saisir. C'est le personnage qui m'a le plus intrigué mais les autres m'ont touchée et m'ont beaucoup fait rire. Les sujets virevoltent allant des légers aux plus lourds avec une grand fluidité. Si l'amitié est le principal, on en aborde plusieurs autres : maladie, mort, sexualité, homosexualité et maternité. J'ai aimé aussi les moments où les filles nous livrent leurs pensées pêle-mêle dans l'obscurité comme si elles ne pouvaient le faire à visage découvert.

Bref, j'ai beaucoup, beaucoup aimé. Si Nathalie Doummar écrit de nouveau une pièce, je serai au rendez-vous.

Source : lapresse.ca (Eva-Maude TC)
Coco (2016)
Texte : Nathalie Doummar
Mise en scène : Mathieu Quesnel

mardi 9 février 2016

Blacklistée - Cole Gibsen

Quatrième de couverture :

En apparence, Regan Flay a tout ce dont on peut rêver. A 17 ans, elle est populaire, étudie dans l'un des meilleurs lycées du monde, et ses parents ont les moyens de satisfaire le moindre de ses souhaits. Mais sa vie bascule le jour où, en arrivant en cours, Regan découvre ses textos et messages privés Facebook placardés sur les murs du lycée. Vacheries, mensonges, insultes, manipulations : tout est là, exposé aux yeux de chacun. En une seconde, elle passe du statut de princesse à celui de véritable paria. Ses amis lui tournent le dos, et les autres élèves du lycée commencent à lui faire vivre un véritable enfer. Elle trouve du soutien auprès de Nolan, un jeune homme plutôt beau garçon mais légèrement dysfonctionnel socialement. Ce dernier découvre vite que Regan est tout sauf la miss Parfaite qu'elle voulait bien montrer. Sous sa carapace, c'est une jeune fille angoissée, qui a du mal à supporter les exigences de sa mère concernant son avenir. Car rester toujours au top demande une sacrée dose d'énergie, et aucun échec n'est envisageable. Pourtant, la chute de Regan n'est qu'un début, et personne n'en sortira indemne...


J'ai poursuivi ma découverte de la littérature pour jeunes adultes avec ce titre paru récemment. L'histoire en est une d'intimidation qui peut sembler banale mais elle a le mérite de mélanger les cartes avec, pour personnage principal Reegan, une jeune fille qui passe du camp des intimidatrices à celui des victimes en une journée. Elle m'était antipathique au départ si bien que je me disais qu'elle ne récoltait que ce qu'elle avait semé. Heureusement, elle change et évolue au fil des pages devenant une adolescente attachante.

Dans le premier quart, je croyais avoir deviné où l'auteure s'en allait. Heureusement, elle m'a déjoué sur quelques points avec son scénario. Il est efficace et il est bien ancré dans son époque avec l'utilisation des cellulaires et des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter. Il serait difficile de ne pas y faire allusion dans les romans actuels mais cette fois c'est particulièrement pertinent et bien fait.

L'intimidation est un thème récurrent dans la littérature YA mais souvent tout est noir un jour et tout est arrangé le lendemain. C'est le cas dans Blacklistée. Or, dans la réalité, il faut souvent travailler pendant des semaines voire des mois sur les vrais cas d'intimidation. Bien sûr, il ne faut pas confondre "dispute" ou "conflit" et "intimidation". L'intimidation est répétitive et implique un abus de pouvoir d'un jeune sur un autre. Mon expérience de travail dans une école secondaire me rend certainement plus critique mais je crois que les plus jeunes n'auront pas les mêmes reproches à faire. Et c'est fait pour eux après tout !

Ceci dit, malgré mes quelques bémols, j'ai eu du plaisir à le lire alors le but a été atteint.

Blacklistée - Cole Gibsen
Éditions Hugo et Cie 2015
327 pages

dimanche 7 février 2016

Les "nouveaux" pays d'en haut (Saison 1)

La nouvelle adaptation du roman Un homme et son péché de l'auteur Claude-Henri Grignon est mon tout dernier coup de coeur en matière de télévision. Pourtant, je n'avais pas tellement d'attente pour cette série québécoise d'époque. Ce n'est pas un genre que j'affectionne énormément mais après deux épisodes j'étais conquise et j'avais programmé l’enregistrement automatique de tous les autres !

Je connaissais l'avare Séraphin Poudrier et le destin tragique de Donalda mais n'ayant vu que quelques épisodes de l'ancienne série Les belles histoires des pays d'en haut, j'ai rapidement oublié les précédents acteurs. Pour moi, Séraphin a maintenant les traits d'un homme plus jeune mais tout aussi détestable. Son interprète, Vincent Leclerc, est LA révélation de cette série. Je le déteste comme il se doit quand il marmonne dans sa barbe ou lorsqu'il sourit méchamment. J'oserais même dire qu'il est pire que l'ancien...

De cette série, j'aime aussi les manigances, les secrets et les personnages hauts en couleur. Refaire un tel classique était audacieux mais le défi a bien été relevé.

Est-ce que vous la regardez ? Est-ce que vous aimez ? Avez-vous lu ce classique de Claude Henri Grignon ?

jeudi 4 février 2016

Défi littéraire québécois 2016... en cours

Source : Site internet chezlefilrouge.co

Récapitulatif au fil des mois

Janvier : Roman Jeune adulte
Ma vie autour d'une tasse John Deere d'Émilie Rivard

Février : Roman d'amour
Veiller la braise de Sara Lazzaroni

Mars : Roman écrit par une femme
Le vertige des insectes de Maude Veilleux

Avril : Première parution

Mai : Bande dessinée

Juin : Recueil de poésie

Juillet : Album jeunesse

Août : Roman québécois au choix

Septembre : Pièce de théâtre

Octobre : Classique québécois

Novembre : Essai québécois

Décembre : Roman publié en 2016

lundi 1 février 2016

Anna, salle d'attente - Emmanuelle Cornu

Quatrième de couverture :

Anna.
Girouette.
Poule sans tête.
Piano désaccordé.
Acharnement thérapeutique.
Antichambre.
Intermède.
Purgatoire.
Plaque tournante.
Anna, salle d'attente.



Anna, salle d'attente quel drôle de titre ! Pourtant, il convient tout à fait pour l'histoire d'Anna. Cette jeune femme a vingt-sept ans, un emploi qui lui permet de bien vivre et provient d'une bonne famille. Mais, elle est seule dans la vie. Sa relation avec ses parents est boiteuse et elle n'a pas de véritables d'amis. Elle n'a pas non plus d'amoureuse. Elle est une jeune lesbienne plus ou moins assumée qui veut commencer par la fin : elle souhaite avoir un enfant avant même d'avoir connu le grand amour. Alors qu'elle fait des démarches d’insémination et d'adoption, elle rencontre Michaëlle, une femme libre, bouleversant du même coup tous ses plans.

Anna est à l'âge des choix. Elle est déchirée entre son amour pour Michaëlle et son désir d'avoir un enfant. Ses réflexions et ses interrogations sont légitimes et intéressantes mais, au fil des pages, elle devient un peu exaspérante par son incapacité à faire un véritable choix. Paradoxalement, par moments j'ai aimé sa fragilité. Le sujet de la santé mentale est abordé de manière toute simple et naturelle.

Le style d'écriture de l'auteure est unique. Les phrases sont courtes et souvent sans verbe. Ce sont des successions de mots, bien choisis, qui nous laissent beaucoup des images en tête. Les dialogues sont aussi intégrés dans le texte sans tiret, sans espace et sans guillemet. J'aime bien quand c'est différent ! Une belle découverte.

Anna, salle d'attente - Emmanuelle Cornu
Éditions Druide 2016
200 pages