dimanche 23 août 2009

God save la France - Stephen Clarke

Quatrième de couverture :

Nom : Paul West.
Age : 27 ans.
Langue française : niveau très moyen.
Fonction : jeune cadre dynamique promis à un grand avenir.
Occupation : déjouer les pièges potentiellement désastreux du quotidien français.
Hobbie : lingerie féminine.
Signe particulier : Paul West serait le fruit d'un croisement génétique entre Hugh Grant et David Beckham.

Jeune Britannique fraîchement débarqué à Paris, créateur, en Angleterre, de la fameuse enseigne Voulez-Vous Café Avec Moi, Paul a bien du mal à s'adapter au pays des suppositoires, des grèves improvisées et des déjections canines. Et il n'est pas au bout de ses surprises...

J'ai reçu ce roman à ma fête il y a quelques mois. Il me tentait puisque les romans sur différences culturelles m'amusent toujours. Certaines habitudes des français décrites par un étranger m'ont fait sourire d'autant plus que j'ai passé près d'un mois en France il y a quelques années et que ça me rappelait forcément des souvenirs. Par contre, je ne connais absolument pas Paris donc je ne pouvais pas tout m'imaginer à la perfection. J'avais préféré visiter le sud de la France et j'ai l'impression que bien des choses y sont différentes. Ça ne m'a quand même pas empêché d'apprécier l'humour corrosif du très british Paul West. Il nous permet de sourire à plusieurs reprises mais n'est pas hilarant comme la quatrième de couverture nous l'indique pour une principale raison : l'exagération. Une blague sur les "crottes" de chiens, c'est drôle. Deux ça va encore, mais après on peut s'en passer. C'est aussi le cas pour les grèves qui se multiplient tout le long du livre.

Pour apprécier le roman de Stephen Clarke, il faut aussi aimer le genre. Ça ne plaira pas à tous mais je l'ai trouvé divertissant. Je dirais qu'il se rapproche drôlement de la chick litt à la différence qu'il est écrit par un homme et que le personnage principal est aussi un homme. Sinon, ça se ressemble beaucoup, c'est léger, il y parle de sa nouvelle carrière à Paris, de ses relations (et de ses relations sexuelles) avec les femmes, etc. J'ai bien aimé ce nouveau genre. J'aurais seulement préféré que Paul soit un peu moins volage mais ça, c'est moi.

Au final, j'ai passé un bon moment en compagnie de M. West. Reste à savoir si je le retrouverai dans la suite God save les françaises dont les avis semblent plutôt mitigés. À présent, je n'en ai aucune idée.

8 commentaires:

Mango a dit…

En principe, j'aime bien ce genre de livres mais ils se démodent assez vite , je trouve!

Marguerite a dit…

@ Mango : C'est certain qu'il va se démoder ! Il a été un "best-seller" mais je ne crois pas qu'on en parlera encore beaucoup dans 10 ans.

paradoxale a dit…

Je l'ai lu il y a quelques temps. Si l'histoire est agréable au début, il est vrai qu'à force, elle s'essoufle. C'est très très stéréotypé, il faut donc avoir de l'humour pour apprécier de genre de livre.
Comme toi, je ne sais pas si je vais lire la suite.

Marguerite a dit…

@ Paradoxale : Bienvenue sur mon blog paradoxale (je découvre le tien par la même occasion)! En effet, c'est très stéréotypé. Stephen Clarke fait beaucoup dans la caricature. J'ai trouvé ça drôle au début mais après plusieurs fois, ça l'est moins.

Manu a dit…

J'ai beaucoup aimé le début, mais comme toi, je trouve qu'ensuite, ça vire à la chick litt. Et à partir de là, ça m'a moins plu.

Marguerite a dit…

@ Manu : Mon intérêt a aussi diminué au fil des pages mais je ne peux pas dire que je m'y suis ennuyée non plus.

melanie a dit…

JE viens de lire ton article et donc je me suis empressée de l'emprunter à ma soeur pour le lire dans les 30 jours qui arrivent surtout qu'il n'est pas bien long! Tu m'as donné envie :-)

Marguerite a dit…

@ Melanie : J'ai hâte de voir ce que tu en penseras. Les avis sont plutôt mitigés.