lundi 24 octobre 2016

J'ai vu (moi aussi) Stranger Things (Saison 1)


J'ai gardé mes gros coups de coeur pour la fin de ce Challenge d'Halloween. Voici mon tout dernier en matière de série télévisée : Stranger Things.

L'histoire se déroule dans une petite ville américaine, Hawkins, pendant les années 80. Dès le premier épisode, un jeune garçon disparaît mystérieusement. Ses trois meilleurs amis tentent de découvrir ce qu'il lui est arrivé malgré les mises en garde de leurs parents qui voudraient bien qu'ils laissent cette tâche au shérif Jim Hopper et à son équipe. Bien vite, nous réalisons qu'il ne s'agit pas d'une simple disparition. Il y a aussi cette étrange fille en jaquette d'hôpital au crâne rasé, le Laboratoire national d'Hawkins et ses gens qui se font passer pour ce qu'ils ne sont pas...

Depuis sa sortie sur Netflix en juillet dernier, Stranger Things est une des séries les plus regardées. C'est qu'elle plait autant aux nostalgiques des années 80 qu'aux plus jeunes qui n'ont pas connu cette époque. Les références aux œuvres d'épouvante sont nombreuses : E.T., Poltergeist, ItThe Thing, etc. La série a un je-ne-sais-quoi de l'univers de Stephen King aussi. Une grande attention a été portée aux décors, aux costumes ainsi qu'à la bande sonore. L'esthétisme de cette série est irréprochable.

Ce qui est génial également c'est d'avoir intégré des personnages d'enfants (Mike Lucas, Dustin et Eleven), d'ados (Nancy, Steve, Jonathan et Barbara) et des adultes (Joyce et Jim) et qu'ils soient tous aussi intéressants. Il n'y a aucun moment plat dans ces huit épisodes. Une deuxième saison devrait être disponible

Pour de bons frissons, je vous recommande chaudement cette série mais... ne me dites pas la fin ! Il me reste un épisode à voir, je me le réserve pour la fin de semaine de l'Halloween. 

mercredi 19 octobre 2016

Hôtel particulier - Sorel

Résumé :

De nos jours, une jeune femme se suicide dans son appartement… mais ce n’est que le début de son histoire. Sous le regard d’un chat complice, manifestement capable de continuer à la voir, elle se met à hanter l’immeuble où elle a vécu, témoin involontaire mais intéressé du quotidien intime de ses anciens voisins. Ici un couple illégitime vit une passion charnelle, avec la complicité un peu perverse du mari trompé, là ce sont des parents dévorés d’angoisse face à la disparition inexplicable de leur petite fille, ou encore ce solitaire apparemment capable de faire surgir d’incroyables bacchanales des trésors de sa bibliothèque – sans oublier un jeune peintre sans le sou pour lequel la défunte ressent manifestement une attirance certaine… 

À l’opposé d’un fantastique oppressant, tout en empathie et en délicatesse, Guillaume Sorel invite son lecteur à accompagner l’errance de ce séduisant fantôme un peu mélancolique, avec une tonalité poétique très fidèlement transcrite par un dessin au lavis parfaitement maîtrisé. Au terme du voyage, l’amour triomphera de la mort.


Cette semaine, je vous présente une bande dessinée qui n'a rien de bien effrayant. Cependant, par ses thèmes, son univers et son atmosphère mystérieuse, je trouve qu'elle cadre bien dans ce mois d'octobre.

Dans les premières pages, Émilie, une jeune femme, se suicide dans son bain. Quelques jours plus tard, son corps est découvert puis transporté mais son âme, elle, continue d'errer dans cet hôtel particulier. Après quelques jours de solitude, elle découvre qu'elle a le pouvoir d'entrer en communication avec un chat. Ensemble, ils observeront les habitants de l'immeuble dans leur intimité. Le lecteur devient donc aussi un voyeur dans les appartements d'un peintre amoureux, d'un couple qui commet l'adultère, d'une vieille sorcière, de la famille d'une fillette disparue et d'un homme obèse toujours en très bonne compagnie...

Mis à part le fantôme d'Émilie, il y a d'autres manifestations fantastiques. Il se passe plusieurs choses étranges et inexplicables dans cet immeuble ! Le dessin en noir et blanc est joli et il aide à rendre l'atmosphère envoûtante. L'album est aussi rempli de petits et gros clins d’œil au monde littéraire que ce soit par des extraits d’œuvres ou des personnages. Par contre, je dois dire qu'à certains moments, j'étais un peu perdue, je ne comprenais plus où l'on voulait en venir. 

Malgré quelques flous dans la narration, j'ai apprécié l'univers bien particulier de cet hôtel !
Hôtel particulier - Sorel
Éditions Casterman 2013
102 pages


samedi 15 octobre 2016

La série Wynonna Earp (Saison 1)


Wynonna Earp est une série télévisée canadienne que j'ai regardée dernièrement. À l'instar de The Walking Dead, elle est une adaptation de comics books (les albums ne sont pas traduits en français toutefois). Mais, je vous avertis tout de suite, la qualité n'est absolument pas la même... et le budget non plus!

Wynonna est de retour dans sa ville d'enfance, Purgatory, après plusieurs années. À 27 ans, son passé est lourd et tumultueux. Suite à la mort de son père dont elle est en partie responsable, elle avait fui. La rebelle de la famille Earp est maintenant de retour pour éliminer les démons qui rôdent à Purgatory, une tâche qu'accomplissait aussi son grand-père, car elle a été nommée l'héritière. Depuis, elle partage son temps entre cowboys, motards et démons.

L'histoire n'a rien de bien neuf à offrir mais j'ai quand même eu un certain plaisir à regarder la série en rafale. De Wynonna, j'ai aimé ses maladresses et son sens de la répartie. Certains personnages secondaires comme Waverly et Officer Haught me plaisent également. J'ai été étonnée de découvrir que Doc Holliday et Wyatt Earp ont réellement existé ! J'ai retrouvé des airs de Buffy the vampire slayer, une série que je regardais adolescente. Cependant, tout n'opère pas dans cette série. D'ailleurs, les effets spéciaux sont catastrophiques. Heureusement, ils sont peu nombreux car je décroche à chaque fois ou presque.

La série est présentement diffusée sur Addiktv depuis septembre mais je vous avertis, doublée en français, elle fait encore plus "série B". Elle doit tout de même connaître un certain succès car on a annoncé une deuxième saison à venir. À voir... ou pas. 

mercredi 12 octobre 2016

Elizabeth Bàthory - Croci

Résumé :

En Hongrie, au XVIe siècle, des jeunes femmes disparaissent et des rumeurs incriminent la comtesse, qui organiserait des orgies, torturerait ses victimes, puis se baignerait dans leur sang afin de gagner la jeunesse éternelle. Un encart documentaire évoque le mythe de la première femme vampire et propose une relecture du procès d'E. Bathory, peut-être victime d'un complot dynastique.



On dit que Le Fanu se serait inspiré d'Elizabeth Bàthory, qui aurait réellement existée, pour écrire la légendaire histoire de Carmilla. Ayant déjà lu et apprécié ce classique, il ne m'en fallait pas plus pour me donner envie de lire cette bande dessinée à la couverture somptueuse. Malheureusement, malgré certaines qualités, je n'ai pas aimé.

Je ne connaissais pas du tout le travail de Croci. J'ai appris qu'il a fait plusieurs bandes dessinées sur des personnages historiques légendaires comme Dracula ou même Carmilla. Son style de dessins est parfait pour ce genre d'histoires. Il y a une atmosphère lugubre qui s'en dégage. Les paysages qui s'étendent sur deux pages sont particulièrement réussis. 

Cependant, la narration ne m'a pas accrochée. J'avais aussi du mal avec le fait de voir, sur une même page, des images qui n'avaient pas de liens avec ce que je lisais. Je n'ai pas trouvé les scènes sexuelles pertinentes pour l'histoire non plus. Je ne suis pas dérangée habituellement par la sexualité dans les livres si elle a sa raison d'y être mais je l'ai été cette fois.

Bref, je ressors de ma première lecture "halloweenesque" plutôt déçue. J'espère maintenant que la suite soit plus emballante !

Elizabeth Bàthory - Croci
Éditions Emmanuel Proust 2009
72 pages

Cette semaine, le récapitulatif des "BD de la semaine" se fait chez Noukette.

mardi 11 octobre 2016

En mode Halloween !

C'est maintenant une tradition que de consacrer une partie du mois d'octobre à l'Halloween. Je le fais depuis 2010. À partir de maintenant et jusqu'au 31 octobre, je ne parlerai que de livres, de séries et de films mystérieux ou effrayants. Ce sera 20 jours d'épouvante !

Je peux déjà vous dire que je vous présenterai 2 séries télévisées, 1 roman et 2 bandes dessinées. Pour le reste, on verra. Ce sera une surprise même pour moi.

À chaque année, Hilde et Lou organisent un Challenge Halloween. Je me joins donc à elles pour le reste du mois même si je ne suivrai pas à la lettre les dates de publications.

dimanche 9 octobre 2016

Autour d'elle - Sophie Bienvenu

Quatrième de couverture :

En 1996, une adolescente de seize ans accouche d’un garçon dans l’anonymat d’un hôpital de Montréal. Autour d’elle retrace vingt ans des vies de Florence Gaudreault et de son fils biologique à travers le prisme d’une vingtaine de personnages qui ont croisé leurs chemins et qui racontent, chacun à leur tour, leur propre histoire.

Jeunes, vieux, familles, couples ou solitaires en rupture de ban : de secrets en rebondissements, Bienvenu sonde les faillites et espoirs de tout un pan d’humanité, et dévoile ce qui affleure de fragile sous la dure écorce des cicatrices du passé.

Roman choral fabuleusement incarné, Autour d’elle explore les liens qui nous unissent et l’amour dans toutes ses manifestations, que ce soit celui qu’on perd, celui qui fait vivre, celui qui détruit ou celui qu’on retrouve.


Celui-là, je l'attendais depuis des mois ! Et je n'étais pas la seule. Jamais je n'ai été déçue par Sophie Bienvenu ni par l'éditeur Le Cheval d'août. J'avais donc de grandes attentes et elles ont été comblées.

Autour d'elle est un roman à la structure particulière. Il se compose de plusieurs histoires semblables à de courtes nouvelles qui ont toutes un lien, aussi petit soit-il, avec Florence, un personnage insaisissable, ou son fils Adrien. Ce qui est encore plus étonnant c'est qu'à chaque nouvelle histoire le narrateur est une personne différente. J'ai eu du plaisir à essayer de deviner les liens entre les personnages et à lire entre les lignes pour rassembler les indices. Certaines histoires sont touchantes, d'autres surprennent avec leur chute mais peu importe, elles sont toutes intéressantes. Il est surtout question d'amour sous toutes ses formes et de maternité.

Je sais que je me répète mais c'est au niveau de l'oralité que Sophie Bienvenu me fascine. Même s'il y a plus d'une dizaine de narrateurs, chacun a un langage qui lui est propre et ça ne sonne jamais faux. Parmi eux, il y a entre autres, une française qui a immigré au Québec, un ados de seize ans amoureux, un enfant dans un camp de réfugiés, une policière qui mélange anglais et français et un homme d'âge mûr sur le point de divorcer. Je trouve qu'elle excelle particulièrement avec les jeunes narrateurs,  enfants ou adolescents.

Avec trois coups de coeur en autant de romans lus, Sophie Bienvenu est maintenant une de mes auteures (ou autrices qu'elle dit) préférées. Je vous conseille tous ses livres; Chercher Sam, Et au pire, on se mariera et maintenant, Autour d'elle.

Autour d'elle - Sophie Bienvenu
Éditions Le Cheval d'août 2016
224 pages

jeudi 6 octobre 2016

Travaux manuels - Collectif (sous la direction de Stéphane Dompierre)

Quatrième de couverture :

Seize auteurs aux styles variés osent une incursion dans la littérature érotique.

Mélikah Abdelmoumen
Caroline Allard
Ryad Assani-Razaki
Sarah-Maude Beauchesne
Stéphanie Boulay
Simon Boulerice
Stéphane Dompierre
Mylène Fortin
Michel-Olivier Gasse
Dany Leclair
Mathieu Handfield
Geneviève Jannelle
                                                      Isabelle Laflèche
                                                      Sara Lazzaroni
                                                      Maxime Olivier Moutier
                                                      Alexandre Soublière


C'est la curiosité qui a pris le dessus quand j'ai acheté ce livre. Étant complètement vierge de  la littérature érotique, j'ai choisi de m'y initier avec ce recueil de nouvelles québécoises plutôt qu'un Fifty shades of grey qui ne m'intéresse pas du tout. L'image de la couverture et le titre sont très évocateurs et intrigants !

Pour plusieurs de ces auteurs, c'était une première entre eux et moi. Je n'avais lu que Simon Boulerice (Les garçons courent plus vite et Javotte), Sara Lazzaroni (Veiller la braise) et Alexandre Soublière (Charlotte before Christ). J'avais particulièrement envie de lire pour la première fois Stéphanie Boulay, Sarah-Maude Beauchesne et Michel-Olivier Gasse. Étonnamment, ce sont les trois nouvelles que j'ai préféré en ajoutant à ce lot celle de Geneviève Jannelle. Mais si certaines nouvelles m'ont plu, d'autres m'ont laissée de glace. Mon appréciation a été très inégale.

Ce n'est pas un livre qu'on lit rapidement d'une couverture à l'autre. Je l'ai lu très lentement; une nouvelle par ci, une autre par là. Il faut être dans le bon état d'esprit. Maintenant qu'il est terminé, je compte bien lire le premier recueil de Stéphane Dompierre NU de la même façonLe principe est le même et je suis curieuse de découvrir d'autres auteurs québécois qui se sont prêtés au jeu de l'érotisme.


Travaux manuels - Collectif (sous la direction de Stéphane Dompierre)
Éditions Québec Amérique 2016
336 pages

dimanche 2 octobre 2016

La fille dans le placard (T.2) - Chantal Brunette

Quatrième de couverture :

Maxime Lafleur est sur le point de dire « Oui, je le veux » à la femme de sa vie. Elle est réellement, et enfin, heureuse. Que de chemin parcouru depuis qu'elle a découvert qu'elle ne cherchait pas un prince charmant, mais bien une princesse ! 

Dans la suite de La Fille dans le placard, on retrouve cette jeune femme à la personnalité colorée dans ses multiples allers-retours entre la journée de son mariage et les événements qui ont marqué sa vie amoureuse des dernières années. Découvrira-t-on enfin l'identité de celle qu'elle s'apprête à épouser ? Oui, on le veut !


Au début de l'été, j'ai lu le premier tome de La fille dans le placard de Chantal Brunette. Comme j'avais beaucoup aimé, la lecture du deuxième tome était planifiée depuis sa sortie (qui avait lieu en août).

Maxime est un personnage attachant, drôle et naturel qui m'a plu une nouvelle fois. Dans ce tome, j'ai apprécié ses différents coming out fait à son entourage. Ils ont l'air réels tant par la façon de les faire de Maxime que par les réactions des autres personnages. Parce que non, un seul coming out ne suffit pas, c'est quelque chose qu'elle devra faire souvent au début mais aussi tout au long de sa vie lors des nouvelles rencontres.

J'ai beaucoup aimé retrouver des références à l'époque 1990-2000 ici et là. Si l'héroïne existait, elle aurait quelques années de plus que moi mais, comme elle, j'ai "chatté" énormément sur MSN avec mes amis, j'ai déprimé avec Only time d'Enya et j'ai écouté Safri Duo dans les partys du secondaire en buvant de la Smirnoff Ice. Ces petits retours en arrière me faisaient sourire à chaque fois.

On ne lit pas vraiment ce genre de roman pour la qualité de l'écriture mais je veux tout de même souligner que celle de Chantal Brunette est fluide et agréable.

Bref, j'ai adoré ! Ma seule petite déception concerne la fin mais comme je ne veux rien révéler, je n'expliquerai pas...

La fille dans le placard (T.2) - Chantal Brunette
Éditions Libre Expression 2016
320 pages