lundi 28 août 2017

Ce que j'attends avec impatience cet automne

Le nouveau roman d'Andrée A. Michaud Routes secondaires (11 septembre)

J'ai découvert Andrée A. Michaud avec son sublime roman Bondréeun mélange de polar et de roman d'apprentissage écrit avec une écriture très poétique. Je suis très curieuse de lire le nouveau roman dont je ne sais presque rien pour le moment.

Le film Et au pire, on se mariera (15 septembre)

Le roman de Sophie Bienvenu avait été une belle claque, j'en avais parlé ici. Et ce sont les actrices Karine Vanasse (j'ai parlé d'elle récemment pour sa série Blue Moon) et Sophie Nélisse (La voleuse de livres) qui interpréteront les personnages principaux, ça ne peut qu'être bon ! J'espère avoir l'occasion de le voir au cinéma malgré le "rush" de la rentrée.

Le deuxième roman de Mikella Nicol Aphélie (19 septembre)

Son premier roman Les filles bleues de l'été m'avait beaucoup plu. Je l'avais lu d'une couverture à l'autre ! J'ai hâte de découvrir celui-là. Je n'ai jamais été déçue avec Le Cheval d'août.


"Une jeune travailleuse de nuit qui a toujours vécu par le regard des hommes voit ses habitudes bouleversées le soir où, dans un bar, surgit Mia, qui ne quittera plus ses pensées. Puis il y a cette autre fille qui a disparu et dont l’image passe en boucle au téléjournal. Prise de court, la narratrice tente de ralentir la dérive qui l’éloigne de son couple, et d’étouffer les souvenirs de B., ancien amour violent et magnétique. Le temps d’un été caniculaire et étrange, les personnages d’Aphélie dévieront de leur trajectoire pour se heurter à pleine force."


La deuxième saison de Stranger Thing (27 octobre)

Je l'attends depuis longtemps celle-là ! J'espère que la deuxième saison sera à la hauteur de la première. J'avais eu un énorme coup de coeur, je ne veux pas être déçue. J'en ai parlé ici.



Il y a aussi quelques premiers romans québécois que j'ai repérés et qui m'interpellent :

Borealium tremens de Mathieu Villeneuve (La Peuplade)
Au 5e de MP Boisvert (La Mèche)
Les cigales d'Antonin Marquis (XYZ)


 Et vous, qu'attendez-vous avec impatience ?

(Je reviendrai bientôt vous parler de mes dernières lectures des vacances...)

mardi 22 août 2017

Victor Lessard (saison 1)

Les vacances sont maintenant terminées. Je reprends du service un peu partout y compris ici. Je vous présente une autre série québécoise adaptée des polars de Martin Michaud que j'ai regardé en rattrapage cet été. 

J'ai connu Victor Lessard à travers sa toute première enquête dans le premier roman Il ne faut pas parler dans l’ascenseur. Bien qu'il m'ait plu, je n'ai pas poursuivi ma découverte des romans. Le soupçon de fantastique m'avait quelque peu dérangé. La première saison est l'adaptation d'un seul roman soit Je me souviens. Heureusement, il n'y a aucune trace de fantastique dans celui-ci ! 

J'ai trouvé au début que Julie Lebreton jouait "trop gros" le personnage de Jacinthe Taillon l'acolyte de l'enquêteur Victor Lessard. J'aime bien cette actrice mais je trouvais que son jeu, dans cette série, manquait de subtilité. Malgré tout, au fil des épisodes, j'ai bien aimé le duo Lessard-Taillon.

L'enquête est complexe et intéressante. Le premier épisode est surprenant, il est assez violent, même "gore". Je ne m'attendais à ça mais au final, ces scènes servent bien l'intrigue. Si vous n'êtes pas fan de ce genre de scène (comme moi), rassurez-vous, les autres épisodes sont beaucoup moins pires !

C'est une série que j'ai beaucoup aimé malgré quelques petits bémols. Je regarderai sans doute la deuxième saison.

dimanche 6 août 2017

Une longue canicule - Anne Villeneuve

Résumé :

Une longue canicule, la première bande dessinée d’Anne Villeneuve, met en scène Marie-Hélène, une jeune femme quittant les Îles-de-la-Madeleine pour venir s’installer à Montréal. La jeune fille découvre une nouvelle ville, ses habitants et apprend à vivre avec son déracinement et les démons de son passé. Œuvre sensible et intimiste, le récit se déroule sur une durée de quelques jours durant lesquels la métropole est plongée dans l’une des plus chaudes canicules de son histoire.


Je vous présente aujourd'hui une autre BD québécoise pour laquelle j'ai eu un coup de coeur ! J'attendais une canicule pour la lire (je l'attends toujours...) mais peu importe le temps, on passe un excellent moment avec cet album !

Le point de départ est simple : une jeune femme, Marie-Hélène, quitte ses Îles-de-la-Madeleine natales pour s'installer au coeur de Montréal. Le changement est brusque et déstabilisant. Elle n'a jamais été entourée par autant de gens mais elle se sent très seule. Elle a peu d'alliés : Nestor un collègue de travail français et Marguerite sa vieille voisine solitaire mais sympathique. Sa vie semble tranquille mais ne elle ne le restera pas... Et puis, l'amour n'est pas bien loin non plus.

J'ai eu un gros coup de coeur pour la magnifique couverture bleue mais ce qu'il y a à l'intérieur est aussi bien. L'ambiance de canicule est géniale, les dessins en noir et blanc sont beaux et le scénario tient la route. On passe par toute la gamme des émotions. Je l'ai dévoré d'un trait !

Bref, Une longue canicule est une belle BD intime et douce à s'offrir !

Une longue canicule - Anne Villeneuve
Éditions Mécanique Générale 2017
216 page

mercredi 2 août 2017

Antarctique solo, une sortie au froid !

J'ai assisté à cette pièce de théâtre ce samedi mettant en vedette Rémi-Pierre Paquin. C'est tout ? Oui c'est tout ! Le mot solo dans le titre n'est pas là pour rien. Rémi-Pierre Paquin interprète l'aventurier Frédéric Dion alors qu'il traverse l'Antarctique en kite ski ou paraski. Il est absoluement seul sur scène comme l'était Frédéric Dion durant son audacieux périple. 


Avec une pièce qui dure plus une heure trente, regarder et écouter un seul comédien pourrait être ennuyant mais non ! Rémi-Pierre est incroyablement talentueux. Je l'ai découvert dans Les pays d'en haut dans son rôle de Bidou Laloge, un autre dans lequel il excelle. 

J'ai beaucoup de mal à comprendre les motivations qui poussent un individu à entreprendre une aventure aussi risquée mais j'aime en entendre parler. La pièce est truffée d'informations intéressantes sur le périple de Frédéric Dion et sur les aventuriers qui ont traverse l'Antarctique avant lui en traîneau à chiens par exemple. Les moments sérieux alternent avec des moments légers et humoristiques. C'est bien balancé. On a souvent recours à la technologie, des vidéos sont projetés sur le décor de glaciers, C'est bien pensé. J'ai moins aimé le côté "moralisateur" qui me donnait un peu l'impression d'assister à une conférence de motivation. Je ne suis pas une adepte de ce genre de conférence, j'ai l'impression qu'on me dit comment vivre. 

Cette pièce de théâtre sort de l'ordinaire par son thème, un fait vécu, et par sa mise en scène. L'unique comédien est également excellent. Je la conseille donc à tous y compris aux plus jeunes spectateurs. Elle est présentée à Shawinigan pour quelques semaines encore puis l'équipe partira en tournée au Québec ensuite.