vendredi 1 août 2014

Blog en pause pour une autre semaine !

Et oui ! Je repars pour une semaine de vacances. Je ne dévoile pas la destination tout de suite, ce sera une surprise à mon retour ! À moins que vous ne le deviniez avant ! Un indice : ce sera un voyage en voiture cette fois, pas d'avion ! :) À bientôt !




mardi 29 juillet 2014

Ce qui se passe au congrès... reste au congrès ! - Amélie Dubois

Quatrième de couverture :

À peine six mois après être revenues d'un voyage au Mexique ayant frôlé la catastrophe, Caroline, Katia et Vicky reprennent la route, cette fois vers la ville de Québec afin de prendre part à un banal congrès sur l'éducation. Que ce soit pour s'offrir une pause de leur vie quotidienne ou pour profiter d'un petit congé aux frais de la commission scolaire, nos trois enseignantes partent le coeur léger, avec l'objectif avoué de se faire plaisir. Fail !

En quittant les lieux quatre jours plus tard, un peu sous le choc, les trois amies se promettront de ne JAMAIS rien dire à personne au sujet de ce qui s'est passé à ce congrès de malheur.

Vêtues en femmes d'affaires ou en tenue de soirée, derrière un loup-masque ou les yeux rougis par toutes sortes d'abus, le plaisir semble avoir rimé une fois de plus avec les regrets pour nos trois congressistes. En les suivant dans leurs déboires, parfois pathétiques mais toujours comiques, vous verrez à quel point le karma n'oublie jamais, et vous vous réjouirez de ne pas être à leur place! «Bon congrès à tous!»

J'ai fait la connaissance de ces trois enseignantes, à qui tous les malheurs arrivent, l'année dernière dans le savoureux Ce qui se passe au Mexique... reste au Mexique. L'été et les vacances étaient les prétextes parfaits pour se plonger dans cette suite toute aussi légère et plaisante.

L'idée du congrès dans la ville de Québec est bonne, quoiqu'un peu moins exotique que le séjour au Mexique ! Je n'ai jamais assisté à un congrès et, maintenant, je ne sais pas si j'ai envie de le faire un jour... Quoi qu'il en soit, j'aime l'imagination débordante de l'auteure quand il s'agit de faire mal paraître ses personnages ! J'aime aussi beaucoup son humour. Les situations sont cocasses à souhait ! 

Par contre, j'aime moins son écriture sans finesse qui "en dit trop". Les lectrices que nous sommes n'ont pas besoin de se faire expliquer tout tout tout ! Au début, j'ai été agacée mais finalement, on s'y habitue un peu...

C'est une lecture idéale pour ce temps de l'année ! Si vous avez aimez le premier tome, vous y retrouverez le même plaisir ! À la fin du livre (et sur la page FB de l'auteur) on nous annonce qu'un troisième tome sortira en 2015 avec les mêmes héroïnes. Le titre sera Ce qui se passe à Cuba... reste à Cuba ! Katia, Caro et Vicky s'étaient pourtant dit qu'elles ne voyageraient plus jamais ensemble... 

dimanche 27 juillet 2014

Tout l'or de Paris (La colère de Fantômas T.2) - Olivier Bocquet & Julie Rocheleau

Résumé :

Avec Tout l'or de Paris, tome 2 de La Colère de Fantômas, Olivier Bocquet et Julie Rocheleau confirment le grand retour du maître du crime et de l'effroi...

Dans ce deuxième épisode de La Colère de Fantômas, le criminel sans visage ni états d'âme qui terrifie les habitants de Paris depuis seize longues années a maintenant juré de voler tout l'or de la capitale. Dans une frénésie galopante, et avec pour seule compagnie l'énigmatique lady Beltham, il tue les témoins embarrassants et pille les coffres-forts de la Banque de France. L'inspecteur Juve et Fandor se lancent rageusement à sa poursuite pour qu'enfin cessent ses crimes.

Ce 2e volet de La Colère de Fantômas est une bande dessinée librement inspirée de l'oeuvre de Marcel Allain et Pierre Souvestre ; une série entre récit historique et roman noir.

Je n'ai pas attendu très longtemps pour lire ce deuxième tome des aventures de Fantômas et de l'inspecteur Juve. Moi qui n'aime généralement pas les super-héros (ou super-méchant), j'avais aimé le premier tome Les bois de justice. Cette fois-ci, j'ai trouvé le scénario encore meilleur que dans le premier qui me semblait parfois légèrement confus. Le rythme est toujours rapide et enlevant. Et, j'aime toujours autant le style de dessin et les couleurs de Julie Rocheleau.

Malheureusement, il se lit très vite. La bonne nouvelle c'est qu'il reste encore un tome à découvrir. La date de sortie ne semble pas encore connue. Bref, c'est une suite digne du premier tome !

jeudi 24 juillet 2014

Côte ouest du Mexique (partie 2) : le déjà vu !

Avez-vous déjà eu une forte impression de déjà ? De voir un endroit et de se dire : c'est certain je suis venue ici dans une autre vie ? J'ai vécu cette situation lors de mon séjour au Mexique. Je vous explique.

On nous avait parlé d'un commerce de Tequila génial à Mismaloya, dans les montagnes, pour faire des dégustations. Déjà, Mismaloya, ça me disait vaguement quelque chose pour une raison absolument inconnue. Une fois sur place, la gentille propriétaire nous concocte une délicieuse Margarita.


Puis, heureux, se baladant verres à la main, nous découvrons les lieux. La propriétaire nous présente fièrement sa collection de Tequila. Des bouteilles qui valent très chères. Probablement une des plus grandes collections du pays nous dit-on. C'est à ce moment-là que j'aperçois ce mur ! 


L'impression était très bizarre... Oh je connais ce mur mais d'où ? C'est mon deuxième voyage au Mexique mais jamais je n'ai visité la côte ouest avant ! Ce n'est que le soir, à l'hôtel, que j'ai allumé ! Il y a un certain lien, non ? Le hasard est parfois incroyable !


Je dois avouer que je n'ai pas aimé ce livre l'année dernière mais il m'a permit d'apprécier davantage ma visite de Puerto Vallarta. L'histoire se déroule dans cette ville, en 1963, alors qu'on y tourne le film La nuit de l'iguane. Il s'agit d'un vrai film et les personnages sont bien réels : Elizabeth Taylor, Richard Burton, Ava Gardner, etc. Il n'y a que l'intrigue policière sur le plateau de tournage qui a été inventée. On y parle de l'idylle d'Elizabeth Taylor et Richard Burton qui a fait la une des journaux alors qu'ils avaient des conjoints connus des médias de l'époque. Après le tournage, ils se sont séparés de leurs conjoints respectifs pour vivre leur amour à Puerto Vallarta où tout a commencé pour eux. 

Elizabeth Taylor a acheté une maison à Puerto Vallarta appelée la Casa Kimberley. Elle existe toujours mais elle est actuellement en restauration. Les propriétaires veulent en faire un hôtel-boutique. On dit que des malfaiteurs ont tenté de voler l'enseigne. Ce serait pourquoi elle est aussi abîmée.



Richard Burton, lui, a possédé la maison directement en face de la Casa Kimberley de l'autre côté de la rue. Il s'agit de la Casa Shipley.


Et, comme ils étaient probablement très romantiques, ils ont fait construire un petit pont au dessus de la rue qui relie leurs maisons. Sans les fils électriques ce serait certainement plus joli  !


Bref, ma lecture de Martini Shoot de F.G. Haghenbeck ne m'avait pas plu mais je vous le conseille si vous prévoyez vous rendre dans cette région du Mexique. Sur ce, je vais aller le feuilleter histoire de lui donner une deuxième chance !

J'ai aussi envie de lire La nuit de l'iguane de Tennessee Williams qui a précédé l'adaptation cinématographique.


mercredi 23 juillet 2014

La cicatrice - Gilles Rochier

Résumé :

Dans La cicatrice, Gilles Rochier se penche sur la vie d'un jeune couple de trentenaire, Denis et Sophie, partagé entre le travail, la rénovation d'un appartement et la vie familiale. Denis et Sophie vivent en région parisienne, travaillent dans de grandes entreprises : peu de temps pour communiquer, pas de nuage non plus. Un jour, Denis remarque une cicatrice sous son bras dont les causes lui échappent totalement. Accaparé par une vie professionnelle intense qu'il semble mener sereinement, c'est avec discrétion et obsession que Denis va tenter d'obtenir de la part de son entourage des indices et des bribes d'explications sur l'origine de cette cicatrice.

J'ai lu cet album la veille de mon départ pour le Mexique histoire de me calmer un peu. J'avais envie d'une bande dessinée simple et efficace. Me casser la tête avec un roman me semblait bien impossible avec toute cette excitation ! La cicatrice a été, somme toute, un bon choix mais elle m'a fait réfléchir plus que je ne l'aurais cru.

Cette bande dessinée se lit comme un thriller. On tourne les pages vite en quête d'une réponse. Subtilement, elle propose aussi une réflexion sur nos rapports avec les gens que l'on côtoie. Denis semble bien entouré avec sa femme, les collègues, ses parents, etc. Et, pourtant, personne ne se soucie vraiment de lui. Ils n'arrivent pas à communiquer sincèrement ni à ressentir le malaise qui le ronge de plus en plus. La cicatrice est le symbole d'un problème plus important qui est présent depuis toujours dans sa vie mais que Denis n'a jamais remarqué. En tout cas, je l'ai perçu de cette manière !

Les dessins en noir, blanc et bleu ne sont ni beaux ni laids. Ils sont efficaces. Malheureusement, c'est la fin n'est pas satisfaisante à mon goût. Elle porte à réflexion mais j'ai été limite frustrée. Je ne veux pas trop en dire mais j'ai été déçue.

lundi 21 juillet 2014

Côte ouest du Mexique (Partie 1)

J'ai remis les pieds en sol québécois il y a quelques jours après un superbe séjour sur la côte ouest du Mexique. Malgré que que nous étions en pleine saison des pluies, il n'a plu qu'une soirée en 14 jours ! Il a fait très chaud et c'était très humide.

Encore une fois, le Mexique m'a épaté autant côté faune que côté culture. Les mexicains sont très fiers de leur métissage culturel qui mélange la culture espagnole et celles des peuples autochtones (Mayas, Aztèques, etc.) et ils ont bien raison. Le Mexique, c'est la Tequila, l'odeur du café partout, la guacamole, les nachos pour dîner, les délicieux churros pour dessert, les plages à perte de vue, les poissons multicolores, les routes en pierres et la végétation luxuriante. Un seul petit côté négatif ? Les vendeurs qui nous prennent pour des banques ambulantes !

Dans ce pays, je crois que tous les voyageurs peuvent y trouver leur compte : les amateurs de plage, les "foodies", les sportifs et les amateurs d'histoires (même si l'histoire est plutôt récente). 

J'ai eu la chance de visiter Puerto Vallarta, Mismaloya, Bucerias, les îles Marietas (Parc National), Nuevo Vallarta et quelques autres endroits.


Petit village de Bucerias



Une librairie dans le village de Bucerias


Puerto Vallarta


Marina de Puerto Vallarta


Sublime plage de Las Caletas

Ceux qui me connaissent savent que je ne peux rester en place pendant des jours. J'ai donc pu dépenser mon énergie en faisant de la plongée sous-marine, du surf, de longues marches, etc.


Promenade dans les villages



Plongée sous-marine 


Cours de surf à Punta Mita (je suis celle au centre)

Une deuxième partie suivra dans quelques jours avec une petite anecdote intéressante reliée à la lecture !


jeudi 3 juillet 2014

Ça y est !

Tout est en place ! Je pars dans quelques heures. 
Je serai de retour avec un billet spécial "Mexique" dans 15 jours !
À bientôt !


mercredi 2 juillet 2014

Un thé pour Yumiko - Fumio Obata

Résumé :

Quand elle apprend la mort de son père, Yumiko, jeune graphiste londonienne, doit partir au Japon pour assister à la traditionnelle cérémonie des obsèques. Le voyage au pays de ses origines, jusque dans la ville où elle est née et a grandi, se révèle une succession d'émotions contradictoires et bouleversantes. Qui est-elle devenue loin de chez elle?

Un thé pour Yumiko est une très jolie bande dessinée qui m'a attiré d'abord grâce au dessin. D'ailleurs, je trouve la couverture particulièrement réussie. On a envie de connaitre cette jeune femme et son univers. Pour moi, c'est chose faite et j'ai bien aimé.

Lors d'un voyage obligé au Japon, la londonienne d'adoption retrouve ses racines qu'elle croyait disparues. Elle a tout quitté pour se réaliser professionnellement en Occident. Après toutes ces années d'exil, ce sera l'occasion pour celle qui a fait beaucoup d'effort pour se recréer une vie ailleurs de faire une profonde introspection.

L'histoire de Yumiko est plutôt lente. Plusieurs silences ponctuent le récit. Il est question de deuil et de quête identitaire, deux thèmes forts mais ils sont abordés tout doucement dans cet album presque onirique par moment. Les élégants dessins et les couleurs choisies par Fumio Obata s'agencent parfaitement à ce type  de récit contemplatif.

Un seul petit bémol ? Je n'ai pas été aussi touchée que je l'aurais cru mais j'ai quand même beaucoup aimé ma lecture. J'ai apprécié les dessins et le voyage au Pays du Soleil Levant qu'offre cet album. Un livre à déguster lentement comme un bon thé.




Pour lire les billets des participants de la "BD du mercredi", c'est chez Mango !

samedi 28 juin 2014

Les vacances dans 5 jours !

Je partirai pour le Mexique, pays que j'aime beaucoup ! Je visiterai la côte pacifique cette fois. Le but principal est d'aller faire du surf mais aussi de profiter du pays ce qui veut dire déguster de la délicieuse guacamole et des tacos, boire de la tequila, visiter les villages et lire sur la plage !


Sauf que je ne me félicite pas d'avoir choisi cette énorme brique comme lecture quelques semaines avant de partir ! Il faut se rendre à l'évidence, jamais je pourrai la terminer avant de partir avec tous les préparatifs. Je vais être obligée de la traîner avec moi là-bas ! Je pars jeudi prochain alors je prépare un billet pour la BD du mercredi puis... adios !


Ce roman sera le Pavé de l'été qui officialisera ma participation au challenge de Brize.


mercredi 25 juin 2014

Peau de lapin - Gauthier

Résumé :

C'est l'histoire d'un enfant pris au piège de la violence de son père, la souffrance de sa mère, l'indifférence du monde qui l'entoure et la méchanceté des autres enfants. Le récit s'enfonce dans la noirceur, ou comment une enfance innocente peut basculer dans la violence.

J'ai découvert Gauthier grâce à son blog ou son Tumblr, peu importe, et j'aime beaucoup son travail. Peau de lapin est le premier livre d'elle que je lis. On pourrait croire à tort qu'il s'agit d'une bande dessinée pour enfant mais, malgré son apparence douce et naïve, elle aborde un sujet difficile : la dépression chez un enfant. Les causes sont multiples le père est violent, les parents se séparent, il vit une grande solitude.

L'histoire est racontée par le petit garçon. Il est mignon avec ses oreilles de lapin mais on comprend vite qu'il a du mal à s'attirer la sympathie des autres enfants.  Il gagne cependant la nôtre dès le début. On voudrait le protéger. On voudrait qu'il cesse de souffrir et d'être la proie de tous.

Le dessin au crayon de plomb est doux et magnifique. Il donne l'impression que c'est l'enfant lui-même qui l'a réalisé. Il est tout simple, tout beau.

Bref, c'est un petit album à lire. Il est touchant et tellement bien fait!



Pour lire les billets des participants de la "BD du mercredi", c'est chez Mango !