mardi 30 juin 2015

Orange is the new black (Saisons 1 & 2)

Comme prévu, je suis passée de Piper Kerman, du bouquin, à Piper Chapman à l'écran. Dans un billet précédent, je vous ai mentionné que le roman Orange is the new black m'avait passablement ennuyé. Ce n'était donc pas gagné d'avance pour la série ! C'est très rare que je préfère une adaptation mais c'est le cas cette fois. Ils sont très différents l'un de l'autre même si le point de départ est le même. La suite a été inventé de toutes pièces par les créateurs de la série. Je me suis tapé les deux premières saisons en un mois.

Orange is the new black est nettement moins dramatique que les autres séries qui se déroulent aussi en milieu carcéral que j'ai regardé comme Prison Break ou Unité 9 (deux très bonnes séries télévisées aussi). Ceux qui sont derrière tout ça ont plutôt choisi l'humour et la dérision pour le ton de la série. Pour quelqu'un qui ne regarderait qu'un épisode au hasard, ça pourrait même paraître niais mais ça ne l'est pas. Malgré les caricatures, c'est une série plutôt dérangeante car elle remet en doute plusieurs valeurs de la société américaine. Selon ces valeurs, la jolie Piper devrait "faire son temps" bien sagement à Litchfield et espérer retourner vers Larry son fiancé avec lequel elle doit se marier prochainement. Je trouve audacieux de la faire hésiter entre lui et la voluptueuse Alex Vause ! Il est non seulement rare que des personnages principaux soient bisexuels mais j'y vois aussi un espèce de rejet des valeurs traditionnelles. On se moque aussi du fanatisme religieux particulièrement dans la première saison avec un personnage qui m'a fait beaucoup rire : Pennsatucky. Ses expressions faciales à elles seules me faisaient rire !

Et quand, dans un tel microcosme, on retrouve des femmes de toutes les classes sociales, de toutes les communautés ethniques et de toutes les orientations sexuelles, ça ne peut qu'être savoureux ! La deuxième saison se termine sur un épisode haletant qui ne donne qu'une envie : se jeter sur la troisième qui, heureusement, est disponible sur Netflix depuis le 12 juin dernier.


Mon billet à propos du roman se trouve ici : Orange is the new black

4 commentaires:

Gabriel a dit…

J'aime beaucoup les séries mais je ne suis pas attiré vraiment par celles qui se passent en milieu carcéral. Je n'ai vu ni Unité 9 (juste les images aperçues me rebutent) ni Prison Break. Je pense que je vais passer mon tour pour celle-là aussi.

Marguerite a dit…

@ Gabriel : C'est certain que si cet univers ne t'intéresse pas du tout, ça part mal !

Gabriel a dit…

En fait, le monde carcéral m'intéresse, mais pas de la façon dont il nous est montré dans les séries. Je crois que je préfère ça dans les livres ;)

Marguerite a dit…

@ Gabriel : Tiens, je réalise que je n'ai lu aucun livre qui traite de ce milieu sauf "Orange is the new black" en livre que je n'ai pas vraiment aimé.