vendredi 13 mars 2009

Une si jolie robe - Fan Wu

Quatrième de couverture :

Lorsque Yan et Ming se rencontrent, l’attirance est immédiate. Pourtant elles ont bien peu de choses en commun, si ce n’est qu’elles étudient dans la même université de Canton. Ming a dix-sept ans, elle est plutôt naïve et solitaire, vit dans un monde fait de livres, de musique et d’imagination. Yan a vingt-quatre ans, elle appartient à la minorité des Miao, elle est belle, sexy, provocante et manipulatrice. Leur rencontre sera brève, intense, et changera pour toujours la vie de Ming. Un roman qui raconte la découverte de l’homosexualité par deux jeunes Chinoises, une histoire d’amour interdit et de perte, débordante de passion, de vitalité et d'espoir.

Je poursuis dans une lignée de belles découvertes, de coups de coeur. Ce n'est pas moi qui vais se plaindre !

J'ai adoré ce roman qui est le portrait d'une jeune chinoise à l'université qui y découvre tout de la vie. Je suis entrée dans l'intimité de cette jeune femme naïve, solitaire, intelligente et fan de littérature qui a grandit avec ses parents dans une ferme lors de la Révolution cuturelle. Malheureusement, la quatrième de couverture résume, selon moi, très mal ce récit. La relation entre Ming et Miao, auquelle il est difficile de coller une étiquette, n'est pas l'unique élément du roman comme on veut le suggérer. Leur histoire ambigüe d'amour et d'amitié, de pudeur et de sensualité, est belle et agréable à lire. Cependant, la vision de Ming sur la vie, sur l'éducation des filles et sur sa Chine natale m'a toute aussi fascinée. Ces jeunes universitaires, avec leur peu d'éducation en matière de sexualité, sont à des années lumières des étudiants d'aujourd'hui et d'ici. Il est assez étonnant d'apprendre par exemple que deux des quatre étudiantes de dix-sept ans de la chambre de Ming ne savent pas comment on conçoit un bébé.

Petit bémol: les premières conversations entre Ming et Miao m'ont semblées fausses. Elles me semblaient très stéréotypées. De plus, Yan Miao m'était légèrement antipathique au départ par son manque de modestie mais plus le récit avance, mieux c'est. Je m'y suis même attachée ! Ce ne sont que de petits agacements, rien pour gâcher une aussi magnifique lecture. Je retournerais avec bonheur en Chine avec une autre oeuvre de Fan Wu.

4 commentaires:

Suzanne a dit…

Bon sirop je viens de prendre note deux fois plus qu'une. Merci m'dame.

Marguerite a dit…

@ Suzanne : Tu note deux fois plutôt qu'une et moi, j'ai reçu ce livre en deux exemplaires plutôt qu'un ! Si l'échange que j'ai offert t'intéresse, fais-moi signe : marguerite87@live.ca Sinon, ce n'est pas plus grave ! :)

Karine :) a dit…

Interesting, interesting!!! Je ne connaissais pas du tout alors je m'empresse de noter!

Marguerite a dit…

@ Karine :) : Oh oui, interesting !C'est une très belle découverte pour moi en tout cas !