mercredi 16 novembre 2016

Elle nage - Marianne Apostolides

Quatrième de couverture :

À Loutra, en Grèce, Kat plonge dans ses souvenirs. Elle nage : 39 longueurs – une pour chaque année de sa vie. Défiant la viscosité de l’eau comme de sa mémoire, elle file vers son passé : son enfance, sa fille, sa faute. Un, deux, trois, respire : son mariage est à l’eau. Si seulement elle parvient à cerner le moment précis où tout a sombré, elle saura quoi faire. Elle nage sous tension, cherchant la fin. Lorsqu’elle s’arrête pour reprendre son souffle, Kat regarde Melina, sa fille de 14 ans, flirter avec Achilles, un jeune Grec, au bord de la piscine. Elle voit naître en eux le désir, cette joie de ressentir le possible sans nom.

Marianne Apostolides signe un roman richement ponctué, rappelant le rythme de la nage : l’histoire d’une femme prête à se jeter dans l’inconnu, nous entraînant avec elle.


J'aimais le titre, j'aimais la couverture, j'ai pris ce livre sans savoir à quoi m'attendre. J'y ai découvert un beau roman d'une auteure canadienne que je ne connaissais pas du tout.

Je dois dire que le début m'a paru un peu brouillon. Il m'a fallu un moment pour avoir quelques repères et m'habituer aux signes de ponctuations abondants. Puis, sans forcer, je me suis laissée aller dans cette écriture rythmée par les mouvements, les respirations et les longueurs de piscine qui s'accumulent. Elle est parfois fluide, parfois plus saccadée mais toujours élégante.

Elle, c'est Kat. Kat nage dans une piscine de Loutra en Grèce. Sa séance de natation en devient une d'introspection. À l'aide de fréquents retour en arrière, elle tente de comprendre ce qui l'a menée là pour entrevoir le futur. Ses réflexions sont pêle-mêle, comme elles lui viennent en tête.

Elle nage est un roman très particulier qui m'a fait découvrir une auteure à la plume magnifique.

Elle nage - Marianne Apostolides
Éditions La Peuplade 2016
134 pages

2 commentaires:

La Fabulogiste a dit…

Je n'ai pas été capable de le finir, mais ce livre m'a permis de découvrir une maison d'édition qui a des très bon livres, tel Nirliit.

Marguerite a dit…

@ La Fabulogiste : Vraiment ? Je serais curieuse de savoir où tu t'es arrêté. Le début est un peu confus mais ce n'est pas long, les souvenirs deviennent de plus en plus intéressants.