vendredi 6 janvier 2017

L'enfant mascara - Simon Boulerice

Quatrième de couverture :

L’enfant mascara est une histoire d’amour à sens unique, comme on en voit partout, dans toutes les écoles secondaires. À cette différence qu’elle se conclut de manière particulièrement tragique. Inspiré par des faits réels qui se sont déroulés dans la ville d’Oxnard, en Californie, Simon Boulerice transpose dans la fiction l’un des meurtres homophobes, voire transphobes, les plus violents à s’être produits aux États-Unis, tout en rendant hommage à Larry/Leticia, un être rempli de désir, d’éclat et d’arrogance, dont la vie n’aura été que fulgurance.

Un roman unique, traversé par la profonde empathie de son auteur.


Avant de lire la quatrième de couverture, je ne connaissais pas cet affreux crime survenu en Californie en 2008. Après, j'étais curieuse de découvrir comment Simon Boulerice pouvait faire cohabiter sa fantaisie habituelle et sa poésie avec cette horreur. Il en résulte un roman bouleversant.

Larry/Leticia est un personnage unique. S'il/elle ne fait pas l'unanimité, c'est à cause de son extravagance. Il/elle n'a pas peur d'être lui/elle-même dans cette société qui prône le fait d'être différent... mais pas trop. Son défaut : aimer "trop" fort Brandon. Pas de demi-mesure. Ça frôle le harcèlement. Brandon est présenté de manière étonnamment humaine aussi même si on sait dès le départ qu'il commettra le geste le plus horrible qui soit.

Même si ce n'est pas le but premier du roman, j'ai appris plein d'anecdotes concernant des stars de cinéma, la Californie (que j'aime énormément) et la culture américaine. Apprendre en lisant, j'adore ! Et parce que l'auteur ne fait rien comme les autres, son roman est complètement atypique, parsemé de poèmes et d'acrostiches comme on en faisait enfant.

L'enfant mascara est le livre de Simon Boulerice que j'ai préféré jusqu'à maintenant. On le retrouve dans les rayons pour adolescents mais j'ai l'impression qu'il plaira autant, sinon davantage, aux adultes.

D'autres livres de Simon Boulerice sur mon blogue : Les garçons courent plus vite et Javotte.

L'enfant mascara - Simon Boulerice
Éditions Leméac 2016
184 pages

4 commentaires:

Moka a dit…

Le titre est superbe.
Je ne connais en revanche pas cette histoire et je suis curieuse de le découvrir !

Marie-Claude Rioux a dit…

Je l'ai offert à mon grand neveu pour Noël. Lui qui n'aime pas lire habituellement, a dévoré ce roman dans l'temps de le dire! Maintenant, il veut découvrir ses autres romans!
Moi, je passe mon tour. La cour est pleine!

Karine a dit…

J'aime généralement Boulerice... du coup, je vais certainement le lire un jour. Le thème m'intrigue.

Marguerite a dit…

@ Moka : Le titre, la couverture... et tout le reste ;)

@ Marie-Claude Rioux : C'est génial ça ! C'est parfois un défi d'intéresser les jeunes à la lecture et tu as réussi.

@ Karine : Ça paraît que tu as passé plusieurs mois en France toi du coup ;) J'aime bien Boulerice aussi !