jeudi 13 mai 2010

Je suis un écrivain japonais - Dany Laferrière

Quatrième de couverture :

Il vit à Montréal, il lit Mishima et Basho, il drague des japonaises, il passe sa journée au café, il projette d’écrire un roman ou de faire un film, mais plus particulièrement un roman ou un film à la manière des maîtres japonais.

C’est ce qu’il raconte à une journaliste japonaise en tournée dans la métropole québécoise, et c’est ainsi que le scandale éclate à Tokyo. Comment peut-on, quand on vit à Montréal, se prendre pour un écrivain et un cinéaste japonais? Jusqu’à son éditeur, qui l’appelle pour lui dire son mécontentement de ne pas avoir reçu ce roman qui l’a déjà rendu célèbre sur les rives du Pacifique.

Dany Laferrière est ici plus que jamais fidèle à lui-même. Fête de l’intelligence et des sens, Je suis un écrivain japonais est une célébration de la littérature et du plaisir, des femmes et des écrivains, dans l’ordre et dans le désordre.

Je n'avais jamais lu un roman de Laferrière mais j'avais envie de découvrir son oeuvre. N'ayant que Je suis un écrivain japonais de disponible à la bibliothèque, je n'ai pas eu à faire de choix, je l'ai mis dans mon sac !

Première constatation : le récit est dénudé. Il y a bien peu de descriptions pour savoir Où ? Quand ? Comment ? Ce côté très minimalisme ne m'a pas déplu, au contraire, j'aime cette écriture originale. L'auteur joue sans cesse avec les mots, et il le fait bien. Ensuite, j'ai aimé sa façon de naviguer entre l'imaginaire et la réalité mais j'ai eu l'impression de m'y perdre parfois. J'ai aussi eu un peu de mal à m'y retrouver avec les noms des jeunes japonaises et ses autres personnages dont on ne sait pas grand chose. Je devais fréquemment me référer aux pages précédentes. L'histoire de l'auteur sans véritable identité est intéressante mais je ne voyais pas toujours le lien entre les péripéties. C'est comme si un avait pris un casse-tête et qu'on avait mêlé toutes les pièces. Il me faudrait peut-être le relire pour avoir une vu d'ensemble du casse-tête et pour apprécier pleinement ce livre. Mais, je ne sais pas si j'ai vraiment le goût d'y retourner.

Je ne considère pas que c'est une rencontre ratée mais elle aurait pu être plus réussie. L'écriture est géniale, l'ambiance est bien et les réflexions pertinentes, mais je n'ai pas totalement embarqué. Dany Laferrière est un écrivain talentueux mais que je devrai lire une autre oeuvre pour m'en faire une meilleure idée. Plusieurs titres me tentent surtout L'énigme du retour qui a beaucoup de succès.

4 commentaires:

Maribel a dit…

Je n'ai jamais lu un livre de cet auteur. Si jamais je me décide je crois que je ne commencerai pas par celui-là alors...

Marguerite a dit…

@ Maribel : Il a du talent mais je crois en effet que ce n'est pas le meilleur pour commencer. Il faudrait demander à quelqu'un qui connait mieux l'auteur. J'espère que quelqu'un qui correspond à ce critère passera par ici :)

Grominou a dit…

Je viens de terminer Le Charme des après-midi sans fin pour le Blogoclub du 1er juillet; j'ai bien aimé cela, c'est un récit autobiographique où Laferrière raconte un épisode de son enfance en Haïti. C'est peut-être plus facile d'accès que celui que tu as lu...

Marguerite a dit…

@ Grominou : Tu as probablement raison, je note pour une nouvelle tentative. J'irai lire ton billet pour m'en faire une meilleure idée :)