mercredi 5 janvier 2011

Couleur de peau : miel (tome 1) - Jung

Résumé :

Jun Jung-sik errait dans les rues de Séoul quand un policier l’a pris par la main pour l’emmener au Holt, un orphelinat américain. Il avait alors 5 ans. Quelques photos, un rapport d’orphelinat… Ses souvenirs tiennent à un fil. Mais les questions le taraudent.

2007 : Jung décide de remuer les souvenirs ou les fantasmes de sa vie, en tout cas d’en finir avec une certaine période teintée de l’incertitude qui ronge. Il se raconte dans ce récit terriblement intime : sa survie en Corée, sa nouvelle famille belge. Une adoption pas toujours très réussie, contrairement à d’autres gamins. Mais cette histoire est la sienne : il a grandi avec, s’est construit avec, jours après jours, vaille que vaille. Les fous rires, les drames, le quotidien, les bêtises de gosses et les questions sans réponses… Sans aucune réponse ?
J'ai beaucoup hésité avant d'écrire ce billet. Cet album a reçu un bon nombre d'éloges sur la blogosphère alors que ce n'est pas forcément un coup de coeur pour moi. J'ai aimé mais je n'ai pas été touchée comme je l'aurais cru par l'histoire de Jung, mise à part à la fin. Je m'y suis sentie extérieure pendant un bon nombre de pages mais je l'ai trouvé courageux et généreux de nous offrir son histoire ainsi.

La mise en contexte est très réussie. J'arrivais à suivre même si au départ je ne connaissais presque rien à la guerre de Corée. L'utilisation du noir et blanc apporte une belle sobriété. Après une deuxième lecture, je pense avoir mis le doigt sur ce qui m'a empêchée d'apprécier cette oeuvre comme je l'aurais voulu. J'ai réalisé que je trouvais le petit Jung, sur la couverture, tout mignon mais celui en noir et blanc à l'intérieur n'a pas réussi à s'attirer mon empathie. Ses mimiques qui me paraissaient mesquines. Est-ce possible que tout parte de là ?

Je vous conseille tout de même ce récit unique. Il existe probablement autant d'histoires d'adoptions qu'il y a d'enfants adoptés et je suis contente d'en connaitre une dans les détails. J'y ai un peu plus compris les questionnements et les préoccupations d'un enfant en carence d'amour qui a vécu un déracinement et qui recherche son identité. L'histoire se termine sur une note d'espoir qui m'a beaucoup plu. Ce sont dans ces dernières pages que j'ai été davantage touchée. Le constat que Jung fait sur sa famille adoptive est très émouvant. La fin laisse entrevoir un grand événement dans la vie de Jung, ce qui me donne vraiment le goût de lire le deuxième tome.
Pour consulter les bandes dessinées des autres participants, c'est chez Mango !

5 commentaires:

Mango a dit…

J'ai bien aimé ce récit pour ma part et me promets bien de lire la suite annoncée, c'est-à dire son retour au pays natal. Je ne crois pas qu'il l'ait déjà écrite ni même qu'il se soit décidé à partir là-bas! A moins que...je ne sais pas!

Yaneck a dit…

je trouve le ton de ce diptyque toujours très juste. Il n'en fait jamais trop, ne fait pas dans le larmoyant. Très instructif en effet.

Theoma a dit…

Mince alors ! Mais on ne peut pas plaire à tout le monde et c'est ça aussi la richesse de la blogo !

Noukette a dit…

Effectivement, j'ai lu un bon nombre d'avis enthousiastes sur cette BD. Même si tu y apportes un petit bémol, je suis sûre que cette histoire pourrait me plaire !

Marguerite a dit…

@ Mango :Il existe une suite, je l'ai emprunté à la bilbiothèque mais ne l'ayant pas encore lue je ne sais pas s'il est vraiment allé là-bas. J'aimerais bien que ce soit le cas !

@ Yaneck : C'est vrai que le ton est très juste, c'est autre chose qui m'a dérangé.

@ Theoma : Tu as raison, nos goûts sont bien différents ! Mais il ne faut pas croire que je n'ai pas aimé quand même :)

@ Noukette : Je te le conseille aussi, il y a tant de bloggeurs qui l'ont adoré ! Et j'ai passé un bon moment malgré le petit bémol.