mercredi 2 septembre 2015

Apnée - Zviane

Résumé :

C’est le récit de l’absence du regard des autres. Ce n’est pas vraiment une histoire, c’est plutôt une sensation, cette sensation d’apnée qui envahit l’individu, lorsque prisonnier de lui-même, l’eau est trop trouble autour de lui pour qu’il s’aperçoive que l’oxygène est tout juste au-dessus de sa tête.


Au printemps dernier, j'ai découvert Zviane avec son album Les deuxièmes que j'ai beaucoup aimé. J'avais envie d'en lire un autre depuis ce temps. Pour continuer ma découverte, j'ai choisi Apnée, un autre album fort intéressant mais dont il est difficile de parler.

Le personnage principal est une jeune femme qui a fait des études en musique à l'université. Cependant, depuis sa graduation, elle bosse plutôt dans l'organisation de colloques reliés au monde de la musique. Ce travail est loin d'être celui auquel elle rêvait lorsqu'elle était étudiante. En fait, toute sa vie semble loin de celle qu'elle rêvait. Elle ne va pas bien. J'ai supposé qu'elle souffrait d'une dépression ou d'un épuisement professionnel. On ne cite jamais son mal de vivre mais on le comprend, et c'est encore mieux. L'album est tout en sensibilité.

Le dessin est très minimaliste. Cette abondance de blanc m'a fait peur au départ. D'habitude, j'apprécie les dessins détaillés mais il n'a fallu que quelques pages pour que disparaissent toutes mes appréhensions.

Apnée est un très bel album en tous points. C'est seulement dommage qu'il se lise si rapidement !

Apnée - Zviane
Éditions Pow Pow 2010
82 pages

10 commentaires:

Marie-Claude Rioux a dit…

Tu viens de piquer ma curiosité. Je vais aller voir plus loin! Merci pour ce billet tentateur!

Sandrine a dit…

Je suis curieuse aussi.
A découvrir alors...

yaneck a dit…

Merci pour la proposition, mais je vais rester à l'écart. Le temps me laisse totalement froid...

Noukette a dit…

Peut-être trop minimaliste pour moi...

Topinambulle a dit…

Au départ, j'ai été un peu déstabilisée par les non-dits. Mais, après une deuxième lecture, j'ai vraiment apprécié la grâce de cet album. C'est vrai qu'il est difficile à décrire, mais tu en parles très bien !

MoKa a dit…

La couv' est un bel appel à la lecture. J'ai bien envie de découvrir cet auteur... Merci pour cette chronique qui donne de belles idées.

lasardine a dit…

il me fait bien envie celui là!

Sabine Ariscon a dit…

Je l'ai croisé en librarie en effet, mais ces blancs effectivement m'ont laissée perplexe... ton billet suscite ma curiosité.

Marguerite a dit…

@ Marie-Claude Rioux : Ça fait plaisir ! :)

@ Sandrine : Tu verras, c'est une belle découverte ;)

@ Yaneck : Aucun problème :)

@ Noukette : J'avais cru la même chose pour moi mais j'ai bien aimé au final.

Marguerite a dit…

@ Topinambulle : Merci, c'est gentil :) Moi aussi je l'ai relu, il est court donc je me suis permis de le faire. Le relecture en valait la peine aussi.

@ Moka : Moi aussi j'aime bien les couvertures de Zviane, elles sont jolies !

@ lasardine : Pars à sa recherche sans tarder ;)

@ Sabine Ariscon : C'est vraiment que le blanc déstabilise mais il faut oser :) Je ne crois pas que tu seras déçue. Ces blancs ont raison d'être.