mercredi 14 avril 2010

L'attrape-coeurs - J.D. Salinger

Quatrième de couverture :

Phénomène littéraire sans équivalent depuis les années 50, J. D. Salinger reste le plus mystérieux des écrivains contemporains, et son chef-d'oeuvre, " L'attrape-coeurs ", roman de l'adolescence le plus lu du monde entier, est l'histoire d'une fugue, celle d'un garçon de la bourgeoisie new-yorkaise chassé de son collège trois jours avant Noël, qui n'ose pas rentrer chez lui et affronter ses parents. Trois jours de vagabondage et d'aventures cocasses, sordides ou émouvantes, d'incertitude et d'anxiété, à la recherche de soi-même et des autres. L'histoire éternelle d'un gosse perdu qui cherche des raisons de vivre dans un monde hostile et corrompu.

Les avis que j'ai lu à propos de ce roman de Salinger sont très différents et souvent excessifs. D'un côté il y a ceux qui affirment que ce livre a changé leur vie et que c'est un des meilleurs livres jamais écrit. De l'autre, il y a ceux qui ne comprennent pas que l'on puisse crier au génie et qui n'aiment pas le personnage d'Holden. Je me situe entre ces extrêmes, mais j'ai vraiment aimé !

Je ne vous cacherai pas que c'est mon bon ami Paul qui l'a lu plusieurs fois et qui adore qui m'a donné le goût de le lire (cf. Paul à la pêche). Puis, Lorraine Fouchet (oui, l'auteure) me l'avait recommandé ici alors que je l'avais à peine entamé. Je la cite : "je viens de découvrir Salinger avec l'Attrape-Coeurs, et je suis... scotchée, chamboulée, admirative, et heureuse, vraiment, de ce bonheur de lecture..." Je me suis dis que c'était un signe !

Au début, j'ai eu un peu de mal avec le type de langage très familier du narrateur mais contrairement à d'autres lecteurs, j'ai toléré les nombreux "et tout", "ou quoi" et les "ça me tue". Ça fait parti de l'oeuvre et ça devait être drôlement dérageant pour l'époque. Les thèmes abordés tout au long du vagabondage d'Holden Caulfield devaient l'être tout autant. Mais, ce que je trouve vraiment intéressant dans ce roman, c'est d'avoir le point de vue d'un adolescent des années 50. C'est un des premiers auteurs qui a osé aborder le malaise d'un adolescent de l'époque aussi ouvertement. Les oeuvres avaient normalement des héros beaucoup plus matures. J'admire son audace. Les héros n'ont pas à être tous identiques. Il n'est pas nécessaire qu'ils soient matures non plus. Salinger aurait-il influencé la littérature que l'on nomme aujourd'hui la littérature jeunesse ?

J'ai aussi beaucoup aimé me retrouver dans le New York des années 1950. Je n'avais aucune difficulté à m'imaginer les vieux taxis, le collège de Pencey Prep., les costumes vestons-cravates des jeunes étudiants, les vieux bars où l'on jouait du jazz, etc. L'écriture est bien imagée, ça m'a plu.

Finalement, mis à part les tics de langages légèrement agaçants, j'ai vraiment apprécié cette rencontre avec Holden. Je ne regrette absolument pas la lecture de ce classique de la littérature américaine. J'en garderai un très bon souvenir ! Dites, c'est vrai qu'il est censuré aux moins de 16 ans aux États-Unis ?


Défi 100 ans de littérature américaine : 3/3
Pourquoi pas 5 maintenant ? C'est parti pour 2 de plus !



6 commentaires:

Kikine a dit…

J'avais bien aimé ma lecture il y a quelques années et j'ai eu un gros sourire quand j'ai vu Paul qui le lisait aussi ;)

Marguerite a dit…

@ Kikine : Je suis ravie que tu l'aies aimé aussi. C'est d'ailleurs Paul qui m'a vraiment donné envie de le lire !! Ah ce petit Paul ! :P

Manu a dit…

Je partage ton avis sur la plupart des points mais ça n'a pas été un coup de coeur.

Marguerite a dit…

@ Manu : J'ai lu ton billet et je suis assez daccord aussi avec ton avis. Mais, sans savoir exactement pourquoi, moi il m'a marqué.

Jémlyre a dit…

Depuis le temps que je me dis qu'il faut que je le lise...
Merci de me le rappeler :-)

Marguerite a dit…

@ Jémlyre : De rien, ça fait plaisir ! :) Ce n'est pas un classique américain pour rien. Je te le conseille vivement ! Et puis, bienvenue sur mon blog !